Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale

<< Retour au chapitre

Unité 6.2 - Chez Pergolèse - Partie 2





Sources

Pergolèse - Stabat Mater, 6, Vidit suum dulcem natum
- source audio : https://www.youtube.com/watch?v=9mrVZHPikqM&t=934
- interprète : Les Talens Lyriques dirigés par Christophe Rousset
Soprano : Sabina Puertolas
Mezzosoprano : Vivica Genaux
- source partition : http://petrucci.mus.auth.gr/imglnks/usimg/8/81/IMSLP209148-PMLP27633-Pergolesi_Stabat_Mater_Full_Score_600dpi.pdf#page=25

Pergolèse - Stabat Mater, 10, Fac ut portem Christi mortem
- source audio : https://www.youtube.com/watch?v=9mrVZHPikqM&t=1471
- interprète : Les Talens Lyriques dirigés par Christophe Rousset
Soprano : Sabina Puertolas
Mezzosoprano : Vivica Genaux
- source partition : http://petrucci.mus.auth.gr/imglnks/usimg/8/81/IMSLP209148-PMLP27633-Pergolesi_Stabat_Mater_Full_Score_600dpi.pdf#page=49

2 commentaire(s)

Par Jean-Louis Fabre, écrit le 29/07/2017 à 21h16
Bonjour,
oui, vous avez parfaitement raison. J'ai lu le passage de Dannhauser qui parle d'appoggiature double, et c'est en effet ce qui correspond au texte. Personnellement, je suis un peu gêné par cette appellation, mais je l'accepte bien volontiers.
La seule réserve que je garde, mais cela est finalement de peu d'importance, est que pour moi, n'est réellement appoggiature que ce qui est vraiment attaqué sur le temps. De ce fait, j'entends plutôt par appoggiature double deux notes attaquées simultanément.
Mais on peut parfaitement adopter l'appellation de Dannhauser, car ces deux notes, simultanées ou successives, assument le même rôle de notes étrangères, l'une supérieure, l'autre inférieure.
Je vous remercie pour votre remarque pertinente.
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Thomazinette, écrit le 28/07/2017 à 11h28
Bonjour,

à propos des deux notes ré et si bécarre précédant les do de la mesure 2 de votre extrait du mouvement 6, ainsi que du do et la bécarre à la mesure suivante, vous dites à la minute 7 de cette vidéo qu'il ne s'agit pas d'une appoggiature mais d'une sorte de broderie qui n'a pas vraiment de nom.
Ces notes ne correspondent-elles pas pourtant dans une certaine mesure à la définition que donne Danhauser de l'appoggiature double (au sens de l'ornement mélodique), au §270 ci-dessous ?
https://fr.wikisource.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_la_musique_(Danhauser,_1889)/Compl%C3%A9ment/Ornements

Bien cordialement
Thomas


Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire