Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale

<< Retour au chapitre

Réponses aux questions - Le mineur (modes, accords, gammes)



Vidéo qui reprend toutes les questions posées par les internautes autour du mode mineur.

- 0:00 : rappel des différentes questions envoyées par les internautes ;
- 2:10 : quelques précisions sur le mineur (relatif, homonyme, naturel et modes) ;
- 10:10 : le mineur harmonique ;
- 14:25 : les accords dans la tonalité mineure, accords I - IV - V ;
- 20:00 : accord II, VI et IIème degré " napolitain" ;
- 27:14 : l'accord du IIIème degré ;
- 34:35 : l'accord VII, accord de sensible ;
- 38:15 : le mineur harmonique, suite des observations ;
- 48:10 : le mineur mélodique ;
- 1:02:22 : petite précision sur le mineur "naturel" et conclusion.

7 commentaire(s)

Par David, écrit le 18/02/2017 à 01h45
Bonjour,
Avant tout merci infiniment pour tous ces cours! L'excellence dont vous faites preuve dans le domaine de l'enseignement fais de vous un mentor d'exeption que je ne vais pas vous lâcher! Enfin des cours détaillés, clairs, organisés... J'ai acheté votre livre et j'achète régulièrement vos vidéos, c'est pour moi un régal... Je vous encourage à continuer!
Par ailleurs je voudrai soulever une interrogation. J'ai absolument tout compris sur le mineur mélodique ascendant, descendant et harmonique qui sert à construire les accords et qui n'a pas vocation à être joué de façon mélodique.
Toutefois je vois bien qu'il est possible d'harmoniser la gammes mélodiques ascendante et descendante et ainsi créer les accords qui correspondent à ces deux gammes. Vous dites que tout le système tonal repose sur les 2 gammes mineures et la gamme majeure.
Mes questions:
quelle serait l'intérêt de créer les accords des 2 gammes mineures mélodiques? puisque l'on utilise la gamme mineure harmonique pour les créer. est ce vraiment utile et indispensable? si oui, lorsque l'on joue des suites d'accords à quelle gamme faut-il se référer pour les enchaînements des degrés?
J'espère me faire bien comprendre car je n'ai plus les yeux en face des trous, il est tard.
Merci encore pour tout, vous êtes fantastique!

David Sgura


Par Jean-Louis Fabre, écrit le 23/05/2017 à 19h09
Bonjour,
il m'est difficile d'aborder dans ce cadre restreint ce qui devrait faire l'objet d'un vrai cours. Votre question m'amènera sans doute à produire une vidéo traitant de "l’harmonisation du mineur mélodique".
Je signalerais simplement une écriture que j'ai évoquée dans une vidéo "hors-série", "complément sur la septième du IIème degré". J'y donne, si mes souvenirs ne me trompent pas, l'exemple chez Bach et Mozart. Il s'agit de l’harmonisation, en mineur, de la montée la bécarre, si bécarre puis do tonique en do mineur. Le la bécarre porte l'accord 6/5 barré, le si l'accord 6/5 barré également. Il s'agit d'une très belle harmonisation du mineur mélodique ascendant.
Je retiens votre question , et j'y apporterai dans un futur pas trop éloigné ( les contraintes ne manquent pas ces temps-ci) les compléments nécessaires.
Encore merci de votre enthousiasme et de vos encouragements.
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par david, écrit le 23/05/2017 à 20h39
Bonjour,

Merci de votre réponse et j’attends donc avec impatience ce sujet. Par ailleurs je ne manquerai pas d'acheter le 2eme volume. Un grand merci pour votre fantastique travail!

Cordialement,

David Sgura
Par apprenti sorcier, écrit le 01/11/2016 à 17h44
j'ai repris hier votre video "les mineurs"
vous avez dit que pratiquement on utilisait jamais l'accord du 3ième degré en majeur car trop faible et surtout ayant comme quinte la sensible (excepté la musique Fauréenne).De mon côté, analysant plusieurs chorals de Bach je note par exemple que dans le choral 8 "Nun lob, mein Seel, den Herren" le chiffrage commence par I, VI, III, IV 7,+4,I 6.... , je pourrais citer d'autres exemples.
La plupart du temps, le degré III est précédé du VI et je note que le degré III a la fonction d'accord de passage. Dans un autre cas le degré III n'est pas un vrai accord car il y a appoggiature. Voilà l'état de mes observations et de mon point de vue.
Merci encore pour la richesse musicale que vous nous transmettez.
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 03/11/2016 à 11h53
Bravo pour toutes ces observations.C'est bien sûr au contact des textes que l'on progresse et je ne peux qu'encourager à les observer de plus attentivement possible, ce que vous faites.
Une petite remarque complémentaire: l'accord du IIIème degré est souvent, c'est le cas que vous citez, une imitation de l'accord de dominante. Ici, on est en La majeur. L'enchaînement VI-III est un peu, comme I-V en fa# mineur. Bien sûr, on est bien en La majeur. En fa# mineur l'accord de do# aurait été majeur, avec un mi#, ce qui n'est pas le cas. Mais c'est tout de même une analogie de l'enchaînement tonique-dominante.
On le trouve dans le fameux canon de Pachelbel.
Merci pour votre message
Jean-Louis Fabre
Par apprenti sorcier, écrit le 20/06/2016 à 00h53
bonsoir,
video très intéressante concernant la gamme mélodique : si je comprends bien en do, en montant la est une note étrangère donc n'est pas harmonisée, de même pour sib en gamme descendante.En particulier en descendant il n'y a plus de sensible et il faut éviter un accord du degré V sauf sur l'arrivée sur sol.
C'est donc + subtil à harmoniser.
Merci pour votre éclairage.

Par Jean-Louis Fabre, écrit le 27/06/2016 à 16h36
Bonjour,
oui, en effet, en do, le la est une note étrangère à la tonalité de do mineur, elle sert de passage entre les notes réelles sol et si. De la même manière, le sib est étranger à la tonalité, il est un passage entre les notes réelles do et lab.
Il faut dans un premier temps bien considérer ces notes comme n'entrant pas dans l'harmonie, ce sont des notes à caractère mélodique.
Et puis, quand on a bien compris que ces notes n'entrent pas dans l'harmonie, on passe à un stade plus subtil, où elles pourront être harmonisées.
On harmonisera le la bécarre dans le mélodique ascendant, et on harmonisera le sib dans le mélodique descendant, occasionnant par là un accord de dominante mineur. J'en parle dans le 4ème chapitre assez abondamment car cet accord de dominante mineure y est à l'honneur. Il est cependant en position faible, et quand on trouve le repos sur accord de dominante ou la cadence parfaite, alors bien sûr, l'accord de dominante est toujours majeur, la sensible si bécarre est bien là.
J'ai aussi évoqué l'harmonisation du mineur mélodique ascendant et donc du la bécarre intégré dans l'harmonie dans une vidéo consacré à l'accord de septième du IIème degré, vidéo complémentaire hors série.
Merci pour votre attention qui ne se dément pas.
Jean-Louis Fabre

Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire