Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale

<< Retour au chapitre

Unité 5.2 - La quarte et sixte de cadence - Vidéo pratique



Un exemple de quarte et sixte de cadence, une fin de phrase extraite du menuet de la sonate en La majeur, Hoboken XVI, 12 de Joseph Haydn.

9 commentaire(s)

Par Thomazinette, écrit le 16/06/2016 à 17h51
Bonjour professeur,

je jouais quelques quarte et sixtes et l'envie d'en rajouter m'a fait me demander : existe-t-il (à votre connaissance) des oeuvres où apparaissent des triples appogiatures ?
Par exemple, pour un sol à la basse, je pense à un do, un mi et un la aux trois autres voix, qui se résoudraient respectivement sur si, ré, sol (je choisis cet ordre de notes pour éviter les quintes consécutives...).

Faudrait-il considérer cet enchaînement comme un passage des degrés VI à V en do majeur, ou serait-il plutôt à considérer comme un passage du degré II (3ème renversement de l'accord de septième du IInd degré) à I, en sol majeur ?
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 27/06/2016 à 09h44
Bonjour,
oui, il existe des triples appoggiatures.
Mais la triple appoggiature est constituée de trois notes étrangères. L'exemple que vous donnez, sol do mi la, est bien plutôt un accord réel, le dernier renversement de l'accord de 7ème du IIème degré. On le trouve très couramment dans l'enchaînement: sol si ré sol, puis sol do mi la, fa# do ré la, et retour à sol si ré sol. C'est par exemple l'enchaînement des quatre premiers accords (en arpèges dans cet exemple) du premier prélude en do majeur du Clavier bien tempéré de Bach. On trouve également cet enchaînement au tout début de la chaconne pour violon seul de Bach, où le deuxième accord est aussi ré sol sib mi qui s'enchaîne à do# sol la mi.
Par contre, do fa lab si est bien une triple appoggiature qui se résout sur do mi sol do. Le fa se résout sur mi, le lab sur sol et le si sur do. Le lab est un emprunt au mineur.
J'espère vous avoir apporté la réponse que vous attendiez
bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par apprenti sorcier, écrit le 12/05/2016 à 22h11
bonsoir,
dans la première mesure et au deuxième temps on a si sol dièse,on a bien le degré V et une sixte, donc en toute rigueur chiffrer V /6 et non 6/4 car ça pourrait être aussi bien 6/3
mais c'est un détail , pour vous dire seulement que j'ai une meilleure lecture maintenant
bonne soirée


bonn
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 13/05/2016 à 09h56
Bonjour,
oui, très juste, il ne faut en aucun cas confondre 6 qui signifie tierce et sixte et 6/4 qui bien sûr signifie quarte et sixte. C'est à l'expérience et par la pratique que l'on comprend vraiment la pertinence de tous ces éléments.
Bonne continuation!
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Balbino, écrit le 12/04/2016 à 04h43
Je vous remercie tellement pour un autre de votre belle école.
Gros câlin.
Par serge ribardière, écrit le 17/01/2016 à 11h12
Merci beaucoup pour ces vidéos que vous rendez accessibles à tous, ce qui me permet de rependre,après plusieurs années, des études sérieuses d'harmonie que j'avais commencées en autodidacte avec des traités (Dubois et Koechlin notamment) mais que j'avais du abandonner, sans professeur, et loin de tout conservatoire, faute de compréhension de ce que je lisais.
Vos cours sont clairs et relèvent d'une pédagogie exceptionnelle, tant par sa clarté que par sa générosité et son efficacité.
Trouvez ici, cher professeur, l'expression de ma profonde gratitude.
Cordialement.

Serge Ribardière
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 03/02/2016 à 22h41
Merci de tout cœur pour votre message. Je l'ai déjà dit à de nombreuses reprises, c'est pour moi une très grande satisfaction de voir que je peux apporter ma contribution à une meilleure compréhension de la musique. Merci de me le faire savoir!
Bon travail et bonne musique
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par apprenti sorcier, écrit le 09/05/2015 à 00h10
merci pour ce cours sur les cadences
si j'ai bien compris , à deux voix il s'agit de la basse et du ténor. J'ai construit plusieurs types de cadence sur musescore car je n'ai pas encore de piano, cela permet de mieux cerner les sonorités. Si on ne garde que les voix extrèmes ,effectivement l'esprit des cadences est bien conservé.
Ce cours est passionnant, je compte bien vous suivre jusq'au bout et en parallèle j'arrange de petits chants et commence à composer.
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 17/05/2015 à 18h04
Merci de suivre avec assiduité ces vidéos!
A deux voix, il s'agit de la basse en effet, et d'une autre voix, pas forcément le ténor. Ces deux voix résument l'harmonie. Je vous encourage à poursuivre votre travail. Il est bon de relever et noter les cadences dans les œuvres, les comparer et les mémoriser, afin d'en avoir une meilleure maîtrise.
Bon travail!
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre

Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire