Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale

<< Retour au chapitre

Unité 1 - Les gammes



Première unité du chapitre consacré aux rappels théoriques. Ce cours aborde le premier élément de l'harmonie : la note. Celle-ci est considérée dans le contexte de la gamme, matériau à partir duquel s'édifie le travail d'écriture musicale. Nous abordons donc ici la gamme, le ton, le mode et la tonalité.

51 commentaire(s)

Par jack, écrit le 24/07/2017 à 20h44
C'est mon premier cours de " Solfège " . Vous avez raison d'insister sur les "Généralités" et le "vocabulaire" indispensables pour éviter les temps morts dus à une incompréhension des éléments que vous voulez transmettre à vos destinataires. J'ai visionné une première fois cette vidéo . Je n'en pas pu m'empêcher de penser à la fin de ce cours que seuls les doués sont aptes à vous comprendre. Alors, curieux de nature, et habité par ce vers de Boileau::"Tout ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément j'ai changé de méthode ,intrigué par l'importance que vous donniez à ces généralités J'ai fait des captures d'écran, mais surtout j'ai commençé a rédiger cette vidéo en recopiant presque mot à mot tout ce qui y figurait
Cet éclairage nouveau m'a permis de comprendre l'importante de chaque mot énonçé, de chaque phrase prononçée Vous apportez des bases, dans cette première vidéo , qui deviennent des clés magiques .Exemples: Vous dites que la tonalité mineure doit etre comprise comme une tonalité a part entière et non comme la relative mineure d'une autre tonalité même si il y a un peu de vrai das cette affirmation. C'est clair et net Vous dites que l'accord de dominante est toujours majeure qu'il s'agisse dune gamme majeure ou mineure .
Vous prenez la chanson " au clair de la lune " , comme un exemple , très simple a comprendre, pour montrer la différence entre gamme mineure et gamme majeure , en prenant plusieurs tonalités différentes ( Do, LA, ou MI ° COMMENT VOS LECTEURS pourraient t'ils rester innacessibles à de tels exploits didactiques?J'ai bien l'intention der poursuivre cet apprentissage de l 'HARMONIE ,avant de m'acheter un synthétiseur ( un piano ,pour l'instant, c'est très beau , mais c'est encombrant ) Vous me faites penser au Laboureur de Jean de La Fontaine qui invite ses enfants a bien cultiver le"modeste"jardin qu'il veut leur laisser en héritage , ou gît un merveilleux Trésor caché. Celui de la récompense obtenue après l'effort consenti. Jack !
Par Mickirie, écrit le 15/07/2017 à 16h18
Merci Monsieur Fabre pour votre pédagogie ,je joue de la guitare depuis 20ans,de la batterie depuis 7ans .je commence le piano depuis peu et jusque là les cours théoriques me faisaient peur et je me voyais incapable de comprendre..tout ce temps perdu à gratoullier.grace à vous tout a changé,depuis je vis avec une feuille et un stylo à essayer de décortiquer mes accords,c est passionnant .mille mercis
Par Jean-Marie 44, écrit le 18/05/2017 à 23h11
Merci pour votre pédagogie , et vos efforts pour le plus grand nombre.
Ma question est très basique :
Qu'est ce qui a ammené à donner le même nom à toutes notes dont les rapports de fréquence sont des multiples de 2 ?
Je pense que c'est un ressenti à l' oreille. Mais justement lequel ?
Par exemple, pour ce que nous appelons Do3 et Do4:
1) j' entends , ce qu' on me dit être le Do3 PUIS le Do4 : que dois je ressentir ?
( Cas mélodique..)
2) Ou : j' entends EN MÊME TEMPS ce qu' on me dit être Do3 et Do4: que dois je
ressentir? ( Cas harmonique...).
Merci beaucoup de m' éclairer.
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 21/05/2017 à 18h38
Bonjour,
votre question est un peu délicate à vrai dire.
Je me contenterais, au risque de décevoir un peu, de me cantonner à l'expérience musicale.
Cet aspect peut paraître par certains côtés peu "scientifique" et plutôt empirique. Mais ce "vécu" de musicien n'en est pas moins probant.
J'ai demandé à plusieurs groupes d'enfants, en bloquant la pédale du piano, et en faisant entendre la MÊME NOTE si je jouais la même note ou pas. Sans la moindre hésitation, ils reconnaissent et distinguent la même note et une note différente.
Par ailleurs, chanter à plusieurs une même mélodie, avec des octaves différentes entre femmes, hommes, enfants, est toujours perçu par tous comme chanter la même mélodie, et ce, sans aucun doute.
Il en va de même à l'orchestre, violons 1 ou 2, flûtes, hautbois, clarinettes, jouent bel et bien la même mélodie, les mêmes notes, à des octaves différentes.
Il y a dans la gamme majeure, ou mineure, ou même d'autres modes, sept notes différentes, mais l'octave est le retour au son initial.
Nommer l'octave par un autre nom de note entraînerait, outre l'extrême et inefficace complication qui en résulterait, une vision fondamentalement fausse des gammes et une confusion totale.
Ce sujet demanderait de très longs développements bien sûr. N'oublions pas par ailleurs que ces sujets fondamentaux font l'objet d'une réflexion depuis la Grèce ancienne avec entre autre Pythagore, et ont bien occupé la période médiévale avec la musique considérée comme un des quatre volets du Quadrivium (arithmétique, astronomie, musique, géométrie). Et à n'en pas douter, ces préoccupations ont également été celles de nombreuses cultures "non-écrites", qui, pour ne pas avoir écrit, n'en ont pas moins réfléchi.
J'espère que ces arguments ne vous semblent pas trop de simples affirmations péremptoires, du style c'est comme ça et pas autrement... Mais en tant que musicien, je conseille de ne pas trop s'arrêter sur ces aspects qui finissent par paraître parfois un peu vains, et j'encourage à rentrer dans le vif du sujet, car...il y a beaucoup à faire.
Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à ces vidéos et vous encourage à poursuivre.
Encore merci!
bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Jean-Marie 44, écrit le 18/05/2017 à 23h10
Merci pour votre pédagogie , et vos efforts pour le plus grand nombre.
Ma question est très basique :
Qu'est ce qui a ammené à donner le même nom à toutes notes dont les rapports de fréquence sont des multiples de 2 ?
Je pense que c'est un ressenti à l' oreille. Mais justement lequel ?
Par exemple, pour ce que nous appelons Do3 et Do4:
1) j' entends , ce qu' on me dit être le Do3 PUIS le Do4 : que dois je ressentir ?
( Cas mélodique..)
2) Ou : j' entends EN MÊME TEMPS ce qu' on me dit être Do3 et Do4: que dois je
ressentir? ( Cas harmonique...).
Merci beaucoup de m' éclairer.
Par Darras2, écrit le 17/05/2017 à 09h23
Cher Monsieur Fabre,
J'ai découvert le Site il y a un an lors de mes vacances d'été, ayant cherché des cours d'harmonie par internet durant quelques temps.. J'ai découvert Gradus Ad Parnassum, et mon horizon theorique s'est ouvert d'un seul coup. Ayant étudié le solfège il y a de nombreuses années, le fait de me replonger grâce à vous et votre très grande compétence et pédagogie, est une véritable cure du savoir.. Soyez mille fois remercié de votre somptueux travail. J'espere que la nomenclature des cours en ligne continuera de s'allonger... Merci encore, et bien à vous.
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 21/05/2017 à 21h55
Merci infiniment pour votre message, cela m'encourage à poursuivre!
Oui, je pense prolonger cette suite de vidéos, et c'est un plaisir pour un auditoire aussi attentif et passionné. Donc l'aventure continue, et elle se prolonge à l'écrit. Le deuxième ouvrage ne saurait tarder à voir le jour.
Un grand merci pour votre soutien!
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Leloup, écrit le 11/05/2017 à 21h29
Bonjour m. Fabre
Je fais l'exercice d'harmoniser en do maj la mélodie à la main droite (chantée par Soprano) à vous dirais-je maman.
En lecture horizontale, ca me donne :

Soprano chante do sol la sol
Alto chante sol Re fa Re
Ténor chante mi si do si
Basse chante do sol fa sol

Ca me donne en lecture verticale (du bas vers le haut) :
Do mi sol do
Sol si Re sol
Fa do fa la
Sol si Re sol

Ca donne un enchaînement I - V - IV - V

J'ai harmonisé le la de la mélodie avec un accord de IVe degré. J'ai fait ca apres avoir fait l'exercice do Re mi.

si c'est pas bon, pourriez-vous me dire comment je dois l'harmoniser en do majeur.

Par Jean-Louis Fabre, écrit le 13/05/2017 à 17h02
Bonjour,
je tiens tout d'abord à dire que, si vous souhaitez aborder réellement l'écriture musicale tonale, c'est-à-dire la prise en compte non seulement de l'harmonie, mais la maîtrise de la conduite des voix, cet exercice est prématuré.Il faut avoir déjà au moins avoir étudié les deux premiers chapitres entiers , et le début du troisième chapitre consacré justement à cet exercice, plus précisément l'harmonisation d'un soprano donné.
Il est impossible de donner ici, dans cet espace de réponse si réduit, une vraie correction, avec des explications suffisamment précises.
Néanmoins je vous signale une faute d'écriture vraiment importante entre le premier et le deuxième accord. Ces deux accords à l'état fondamental se succèdent de manière trop parallèle: on a do sol, basse alto, puis sol ré basse alto, donc deux quintes consécutives, qui sont proscrites dans l'écriture tonale. Et d'autre part, do do, puis sol sol, basse soprano: ce sont deux octaves consécutives, elles aussi impossibles dans le cadre d'une écriture tonale. Les accords 3,4, et 5, sont corrects dans la forme, mais maladroits. Il faudrait avoir recours à au moins un renversement.
Le saut de quinte initial du soprano, do sol, est une difficulté dans l'écriture. On le trouve dans certains chorals de Bach ou ailleurs, mais ils requièrent une écriture spécifique, l'accord de dominante étant meilleur dans son état de premier renversement.
Tout cela demanderait de longs développements, dont vous avez un exemple dans le troisième chapitre.
Si vous souhaitez une correspondance plus régulière, et des explications complémentaires et surtout des conseils et des corrections, faite le moi savoir, et envisageons une solution.
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par alain limagne , écrit le 06/02/2017 à 17h21
Bonjour Monsieur
Je ne compte plus les heures que j'ai passés et sans aucun doute que je passerai encore sur le site gradus ad parnassum.
Arrivé sur le tard dans l'apprentissage du solfège et d'un instrument (saxophone et piano) je voulais témoigné sur votre site. Conjuguant la clarté, la pédagogie et les explications lentes et appliquées j'ai grâce à mon assiduité sur vos cours fait des progrès incontestable. Par ailleurs vous avez aucun doute un bagage musical important et une expérience confirmée sans pour autant désarmer les débutants bien au contraire.
Merci pour ses bons moments que je poursuis en votre compagnie.
alain limagne

Par Jean-Louis Fabre, écrit le 08/02/2017 à 11h45
Bonjour Monsieur,
merci infiniment pour votre message!Je l'ai déjà dit de nombreuses fois, mais je le redis ici, cela est pour moi une grande satisfaction d'apporter un point de vue qui permette à beaucoup de progresser et d'aborder cette étude musicale sous un jour nouveau.
Je vous souhaite un bon travail, une belle évolution musicale!
Jean-Louis Fabre

Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire