Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale

<< Retour aux vidéos

Unité 1 - Les gammes



Première unité du chapitre consacré aux rappels théoriques. Ce cours aborde le premier élément de l'harmonie : la note. Celle-ci est considérée dans le contexte de la gamme, matériau à partir duquel s'édifie le travail d'écriture musicale. Nous abordons donc ici la gamme, le ton, le mode et la tonalité.

40 commentaire(s)

Par guy, écrit le 17/12/2016 à 19h22
Bonjour M Fabre
Quel dommage de ne pas vous avoir rencontré plus tôt. Quel temps j'aurai gagné et surtout je serai allé au bout des choses. C'est comme ça !. En tout cas merci beaucoup
Bref, je suis un peu perdu dans le mineur.
Do mineur : do-ré-mib-fa-sol-lab-si-do est la gamme de Do mineur harmonique.
Mais Do mineur est la relative mineure de Mib Majeur qui a trois bémols à la clé donc do-ré-mib-fa-sol-lab-sib-do qui est la gamme de Do mineur mélodique descendant.
Enfin dans votre cours sur les 7ème diminuées vous dite que l'accord diminué en Do Majeur est si-ré-fa-la
et en Do mineur : si-ré-fa-lab
Alors quand est ce que la est bémol, si est bémol car à ce stade je ne suis sure que d'une chose c'est que mi est bémol en Do mineur
Evidemment j'exagère mais c'est quand même un peu confus
Merci

Guy
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 19/12/2016 à 17h55
Bonjour,
un grand merci pour votre chaleureux message!
A propos du mineur, je vous signale une vidéo complémentaire, vidéo dite "hors-série" que j'ai consacrée à de multiples questions qui m'ont été posées sur le mineur.
Attention! vous parlez d'accord diminué en majeur. Non, cet accord n'est pas diminué. On parle plutôt d'accord de sensible. En majeur, l'accord de sensible est bien si ré fa la, la quinte si fa est diminuée, mais la septième si la est mineure.
Pour répondre à votre question, il convient de réaffirmer que TOUS les accords, dans la musique tonale, sont composés à partir des notes de deux gammes: la gamme majeure bien sûr, ce qui est évident et ne pose aucun problème, et la gamme mineure HARMONIQUE et non mélodique, ce qui est une évidence, car parler d'accords c'est parler d'harmonie, et c'est donc la gamme mineure harmonique qui est prise en compte. Le VIème degré la, est bien la bémol, et par conséquent l'accord de septième de sensible en do mineur est bien si ré fa lab. La septième si lab est une septième diminuée et donne son nom à l'accord, l'accord de septième diminuée.
J'espère vous avoir apporté les éclaircissements que vous souhaitiez.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de doute.
Je vous souhaite un bon travail
bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Nicocubi, écrit le 11/05/2016 à 15h04
Bonjour Mr Fabre,

j'ai visionné vos deux premières vidéos sur les gammes et leurs cycles. Tout cela est amené de manière très pédagogue, je reste cependant confus sur un point.

Vous parlez de "gamme" mineure" de do et vous écrivez ce qui est la gamme mineure harmonique de do dans la première vidéo.

Vous employez aussi le terme de "gamme mineure" pour pour parler de mineure relative, par exemple la gamme mineure relative de sol majeur est mi mineur, mais ce n'est pas mi mineur harmonique (le sixième degré n'est pas abaissé d'un demi-ton). Pourriez m'éclairer SVP? Merci et encore bravo!
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 25/05/2016 à 18h18
Bonjour, et merci infiniment pour l'attention et l'intérêt que vous portez aux vidéos. Bien qu'il soit difficile de résumer ici en quelques lignes toutes les notions concernant le mineur, j'apporte quelques éléments qui peuvent vous être utiles. Je me permets de vous signaler la vidéo "hors série" consacrée au mineur, je pense qu'elle précise pas mal de points qui restent pour beaucoup quelque peu confus.
Tout d'abord, je réaffirme que chaque gamme majeure est mise en relation avec une gamme mineure, située une tierce mineure plus bas, et qui possède la même armure à la clé. Cette gamme, du fait de cette relation, est appelée gamme relative mineure. On a donc, comme vous le dites justement, Sol majeur et mi mineur, avec un dièse à la clé, ré majeur et si mineur, 2#, la majeur et fa# mineur 3#, fa majeur et ré mineur 1b etc, etc...
Mais la sensible , en mineur est tout aussi importante qu'en majeur: c'est la note placée un demi-ton sous la tonique, et elle figure sur la partition sous forme d'altération accidentelle. Donc, certes, mi mineur a un dièse à la clé, comme sa relative majeure, sol majeur, il s'agit du fa#, mais dans la partition apparaît le ré# accidentel. Il en va de même pour toutes les gammes mineures. Donc la gamme de mi mineur possède réellement le ré#, même s'il figure sous forme d'altération accidentelle, sa réalité musicale n'en est pas moindre. On a dès lors la gamme de mi mineur harmonique. On trouve également les formes de mineur mélodique ascendant et descendant.
J'espère vous avoir éclairé. Je développe également cet aspect dans le premier fascicule consacré aux gammes et aux intervalles.
Encore merci pour votre attention si soutenue.
Je vous souhaite un bon travail
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Balbino, écrit le 05/04/2016 à 06h41
Je suis très reconnaissant pour votre grande classe.
Gros câlin.
Par Joel_93, écrit le 23/02/2016 à 00h00
Bonjour,

Dans la première vidéo sur les gammes, vous faites do ré mi au piano et ensuite vous parlez de l'harmoniser et à ce moment-là vous jouer certaines notes à la main gauche.

Quelles sont ces notes qui harmonisent do ré mi ?
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 23/02/2016 à 06h57
Bonjour,
l'harmonisation des trois premières notes de la gamme, do ré mi, est:
Do: accord de tonique, do mi sol
Ré: accord de dominante, sol si ré
Mi; accord de tonique à nouveau
Précisément, j'ai joué à quatre voix, basse, ténor, alto, soprano. Si je nomme les note du bas vers le haut:
Do mi sol do, sol sol si ré, do sol do mi. En mineur, le mi est bémol bien sûr.
En la majeur: la do# mi la, mi mi sol# si, la mi la do#, le do est bécarre en mineur.
En mi majeur: mi sol# si mi,si si ré# fa#, mi si mi sol".
Merci de votre attention
bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Geville 60, écrit le 01/03/2016 à 19h01
Bonjour,
Quand vous dîtes: "l'harmonisation des 3 premières notes de la gamme, do, ré, mi, est":, est-ce la seule façon de procéder, ou est-ce un choix de votre part?
Pourriez vous harmoniser les 7 notes de la gamme en expliquant votre démarche?
Si j'avais harmonisé do, ré, mi, en m'appuyant sur les accords du I, II, et IIIème degré soit:
Do M: Do Mi Sol,
Ré m: Ré Fa La,
Mi m: Mi Sol Si,
Aurait-ce été une erreur? (si oui, pourquoi?)
En tout cas, un grand merci pour vos cours si clairs et si précis.
Je ne connais pas vos qualités de pianiste et de compositeur, mais quel talent de pédagogue!
Bien cordialement.
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 04/03/2016 à 11h41
Bonjour,
pour répondre à votre question, il convient de préciser que le choix des accords qui harmonisent les notes de la gamme n'est en aucun cas arbitraire. Dans la gamme, trois accords sont les accords principaux, et sont les accords privilégiés dans l'harmonisation des notes de la gamme. (c'est le rôle de l'analyse musicale qui permet ensuite de le constater, au travers des œuvres de la période tonale, Bach, Mozart, pour ne prendre que ces deux cas les plus représentatifs).
Ces trois accords sont:
- l'accord de tonique: do mi sol
- l'accord de sous-dominante: fa la do
- l'accord de dominante: sol si ré.
On aura donc essentiellement, les harmonisations suivantes (j'indique en chiffres romains l'accord: tonique I - sous-dominante IV - dominante V):
DO: I ou IV, ré: V, mi: I, fa: IV, sol: V ou I, la: IV, et si V.
Attention, cela ne veut en aucun cas dire que les accords des degrés II (ré fa la ) et VI (la do mi) ne sont pas mis a contribution!
Mais ce sont ce qu'on appelle les degrés secondaires, les degrés I, IV et V étant les degrés principaux.
Dans une mélodie aussi simple que do ré mi, les accords principaux I-V-I s'imposent tout naturellement dans une harmonie simple. On le constate des milliers de fois chez Bach par exemple.
Harmoniser do ré mi, par I-II et III, ne rentre pas dans un cadre vraiment tonal, particulièrement pour le mi, essentiellement tierce de l'accord de tonique. Par ailleurs l'accord de mi, accord du troisième degré est encore plus secondaire que les accords II et VI qui sont très employés bien sûr.
J'aurai peut-être l'occasion de revenir sur cet aspect dans des vidéos de "travaux dirigés". Je me permets d'insister sur l'importance de cette notion d'accord principal.
J'espère vous avoir apporté des éléments d'explication dans un domaine assez subtil, je reconnais. D'où l'importance de la pratique musicale, et de ne pas considérer toutes ces notions comme théoriques, mais bien plutôt ancrées dans la réalité de la musique.
Merci pour votre chaleureux message, et ...bon travail!
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Guitarman, écrit le 23/01/2016 à 11h57
Ridicule...
Au moins j'aurai compris à quel point le solfège n'a aucun intérêt en une seule leçon.
Ca fait vingt ans que je pratique la guitare sans n'en avoir jamais eu besoin, et je m'étais toujours demandé si ça ne pourrait pas m'aider à m'améliorer si j'avais un pendant théorique à ma pratique assidue...
J'ai maintenant ma réponse, le solfège n'est qu'un frein à la créativité, dont la stupide compléxité auto-entretenue par de pseudo théoriciens, probablement frustrés de ne pas comprendre de vraies théories mathématiques, donne lieu à des élucubrations de par-coeur sous des vernis de théorie.

Merci à vous.
Par Clavecin Amour, écrit le 04/02/2016 à 07h07
Ton commentaire est un peu dur. Peut-être n'as-tu pas besoin de notions théoriques mais moi je trouve ces cours des plus intéressant. Merci à Monsieur Fabre.
Par Tyanonlolol, écrit le 07/02/2016 à 03h46
Apprends toute la théorie et apres tu pourras créer! Ne sois paresseux. Moi aussi je suis guitariste et ce n' est qu'apres avoir bien acquis la matiere que ma créaton est devenue de trés haute qualité! Merci à tous
Par Phil24, écrit le 07/02/2016 à 22h51
Moi je n'y ai vu aucun par coeur, ni frustration mais une parfaite maîtrise et un beau désir de partage. Ceci avec une grande expérience de l'enseignement; pour moi c'est lumineux ! Merci à Mr Favre d'aider ainsi ceux dont la créativité à besoin de ces solides fondements.
Cordialement
Par TILAPIA, écrit le 13/02/2016 à 07h03
Tout ce qui est excessif est insignifiant...

Outre qu'il est excessif, ce commentaire est désobligeant pour le travail remarquable réalié par Mr Fabre. Ce travail est très apprécié par les autres commentateurs à juste titre. Pour ma part, je joue du piano (classique) et la compréhension des principes d'écriture musicale me paraît indispensable à la compréhension et donc l'exécution des œuvres.

Cordialement.
Par pépère (amodpq@yahoo.fr), écrit le 16/02/2016 à 14h31
Ce commentaire est désobligeant.

ancien "petit chanteur à la croix de bois",ces vidéos très bien faites et particulièrement accessibles me permettent de mieux comprendre les règles de bases de la musique et la structure de musiques dites "difficiles" (Ravel)

Toutes activité a besoin d'un minimum de règles (ce monsieur utilise la gamme traditionnelle) et dans ces vidéos elles sont clairement expliquées.

Que le commentateur de cet article nous mette un lien avec sa production personnelle et on pourra apprécier !

Encore merci Mr Fabre nous avons besoin de personnes de votre "gabarit" et ce commentaire m'incite à faire un dont

Cordialement
Par Balzouk, écrit le 31/08/2016 à 11h35
Je ne peux pas m'empêcher de réagir ! Non pour répondre à "Guitarman", qui n'a pas compris de quoi il s'agissait ici, mais n'a que faire d'une réponse et ne la lira jamais; et de fait, on peut très bien faire de la bonne musique sans aucune théorie. Mais pour essayer de préciser quel est le but de tout ceci, et pourquoi ce qui peut apparaitre, hors contexte, comme du rabâchage et de l'intellectualisation inutile, est en fait extrêmement profitable.

Tout d'abord le but de Mr Fabre est de nous initier à l'analyse musicale, qui peut nous apporter énormément même en tant que simple auditeur. Comprendre "comment et pourquoi ça marche" est une source de joies renouvelées pour l'amateur de musique, une nouvelle profondeur donnée à l'écoute. Pour le musicien interprète, d'autant plus, mais c'est alors aussi un outil qui aide grandement la lecture, la mémorisation, et améliore l'interprétation; et pour qui veut composer, c'est encore plus profitable, bien évidemment.
Le champs d'application est la musique classique occidentale au sens large (incluant la période baroque), mais pas seulement. Pour le jazz par exemple, il existe sûrement des méthodes plus spécialisées, mais l'harmonie jazz est, me semble-t-il, une extrapolation sur les bases de l'harmonie classique (avec emploi privilégiés des accords de 5 sons) et donc il est utile d'avoir des idées claires sur lesdites bases. Quant à des genres comme folk, pop…, ils se contentent souvent d'une version simplifiée de ces notions d'harmonies, mais elles sont prégnantes tout de même et le musicien pratiquant ces styles a beaucoup à tirer de cet apprentissage.

Mais avant d'aborder l'harmonie proprement dite, M. Fabre a jugé utile de nous proposer un rappel de bases de la théorie, qui sont plutôt du solfège, si on veut, du moins avant qu'il n'aborde les notions de degrés et les fonctions harmoniques. Cette partie concernant les gammes, intervalles, puis accords est vraiment un pré-requis, si ces éléments ne sont pas déjà un peu digérés cela va nous freiner et nous compliquer beaucoup la vie par la suite. Et pour que ces notions soient, non simplement sues, mais intégrées, M. Fabre n'hésite pas à entrer dans des détails qui ne sont pas des finasseries intellectualisantes mais diverses façons de regarder un même objet, pour nous aider à nous le rendre familier. Il n'hésite pas à "rabâcher", si on veut, mais sans que ça soit du par-coeur : les notions sont à chaque fois répétées sous des angles un peu différents, ce qui est une excellente technique pour la compréhension et la mémorisation "intelligente".

J'ai vu une vidéo où un supposé professeur montrait et nommait les différents intervalles en partant de l'octave et en réduisant d'un demi-ton à chaque fois. A quoi ça sert ? aucune notion de hiérarchie, d'emploi, 12 intervalles en vrac dans un sac ?
Ici tous les angles d'approche sont toujours pertinents, c'est à dire qu'ils ont un sens musical et une intention pédagogique.

Evidemment que si quelqu'un tombe par hasard sur le cours 1.1 en se disant : "Ah, on va m'expliquer en 20mn comment faire de la musique"… il va être un peu dépité.
Donc Bravo et Merci M. Fabre ! Toute personne vraiment désireuse de "soulever le capot et se mettre les mains dans le cambouis" trouvera ici une aide inestimable.

Si j'avais un petit souhait à formuler, ça serait: davantage de petits exemples au piano (si l'on est soit-même au clavier, tout va bien, sinon, certaines sections sont difficiles à se figurer à l'oreille) …et d'autre part, tout en nous encourageant à chanter les intervalles, ou les suites de notes d'une voix, vous vous en gardez bien vous-même ! Gravitas professoris ?
;)

note : je commente ici uniquement le chapitre 1, n'ayant pas encore abordé la suite…
Par Balzouk, écrit le 31/08/2016 à 11h56
Je ne peux pas m'empêcher de réagir ! Non pour répondre à "Guitarman", qui n'a pas compris de quoi il s'agissait ici, mais n'a que faire d'une réponse et ne la lira jamais; et de fait, on peut très bien faire de la bonne musique sans aucune théorie. Mais pour essayer de préciser quel est le but de tout ceci, et pourquoi ce qui peut apparaitre, hors contexte, comme du rabâchage et de l'intellectualisation inutile, est en fait extrêmement profitable.

Tout d'abord le but de Mr Fabre est de nous initier à l'analyse musicale, qui peut nous apporter énormément même en tant que simple auditeur. Comprendre "comment et pourquoi ça marche" est une source de joies renouvelées pour l'amateur de musique, une nouvelle profondeur donnée à l'écoute. Pour le musicien interprète, d'autant plus, mais c'est alors aussi un outil qui aide grandement la lecture, la mémorisation, et améliore l'interprétation; et pour qui veut composer, c'est encore plus profitable, bien évidemment.
Le champs d'application est la musique classique occidentale au sens large (incluant la période baroque), mais pas seulement. Pour le jazz par exemple, il existe sûrement des méthodes plus spécialisées, mais l'harmonie jazz est, me semble-t-il, une extrapolation sur les bases de l'harmonie classique (avec emploi privilégiés des accords de 5 sons) et donc il est utile d'avoir des idées claires sur lesdites bases. Quant à des genres comme folk, pop…, ils se contentent souvent d'une version simplifiée de ces notions d'harmonies, mais elles sont prégnantes tout de même et le musicien pratiquant ces styles a beaucoup à tirer de cet apprentissage.

Mais avant d'aborder l'harmonie proprement dite, M. Fabre a jugé utile de nous proposer un rappel de bases de la théorie, qui sont plutôt du solfège, si on veut, du moins avant qu'il n'aborde les notions de degrés et les fonctions harmoniques. Cette partie concernant les gammes, intervalles, puis accords est vraiment un pré-requis, si ces éléments ne sont pas déjà un peu digérés cela va nous freiner et nous compliquer beaucoup la vie par la suite. Et pour que ces notions soient, non simplement sues, mais intégrées, M. Fabre n'hésite pas à entrer dans des détails qui ne sont pas des finasseries intellectualisantes mais diverses façons de regarder un même objet, pour nous aider à nous le rendre familier. Il n'hésite pas à "rabâcher", si on veut, mais sans que ça soit du par-coeur : les notions sont à chaque fois répétées sous des angles un peu différents, ce qui est une excellente technique pour la compréhension et la mémorisation "intelligente".

J'ai vu une vidéo où un supposé professeur montrait et nommait les différents intervalles en partant de l'octave et en réduisant d'un demi-ton à chaque fois. A quoi ça sert ? aucune notion de hiérarchie, d'emploi, 12 intervalles en vrac dans un sac ?
Ici tous les angles d'approche sont toujours pertinents, c'est à dire qu'ils ont un sens musical et une intention pédagogique.

Evidemment que si quelqu'un tombe par hasard sur le cours 1.1 en se disant : "Ah, on va m'expliquer en 20mn comment faire de la musique"… il va être un peu dépité.
Donc Bravo et Merci M. Fabre ! Toute personne vraiment désireuse de "soulever le capot et se mettre les mains dans le cambouis" trouvera ici une aide inestimable.

Si j'avais un petit souhait à formuler, ça serait: davantage de petits exemples au piano (si l'on est soit-même au clavier, tout va bien, sinon, certaines sections sont difficiles à se figurer à l'oreille) …et d'autre part, tout en nous encourageant à chanter les intervalles, ou les suites de notes d'une voix, vous vous en gardez bien vous-même ! Gravitas professoris ?
;)

note : je commente ici uniquement le chapitre 1, n'ayant pas encore abordé la suite…

Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire