Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale

<< Retour au chapitre

Unité 1 - Les gammes



Première unité du chapitre consacré aux rappels théoriques. Ce cours aborde le premier élément de l'harmonie : la note. Celle-ci est considérée dans le contexte de la gamme, matériau à partir duquel s'édifie le travail d'écriture musicale. Nous abordons donc ici la gamme, le ton, le mode et la tonalité.

55 commentaire(s)

Par François, écrit le 06/01/2018 à 13h01
Cher Monsieur,
Merci de nous communiquer dès la première leçon comment cela fonctionne. J'enseigne pour ma part l'équitation avec la même intention. En effet, si nous nous acharnons à apprendre et reproduire des gestes théoriques, le cheval nous renvoie rapidement dans nos pénates en exprimant des résistances puis de la rétivité. Si au contraire nous observons comment il fonctionne, celui-ci nous livre avec une grande générosité de nombreuses clés techniques.
Aussi je commence l'étude de la musique avec vos vidéos, en m'amusant à penser la musique comme un cheval!
Merci de nous proposer à la fois une telle rigueur et un tel plaisir.

Par Jean-Louis Fabre, écrit le 07/01/2018 à 18h55
Bonjour,
merci infiniment pour votre chaleureux message! Votre commentaire me touche tout particulièrement, car je ne cesse de me référer à la réalité musicale et non à des billevesées purement théoriques!
Merci pour votre témoignage!
bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par jack, écrit le 24/07/2017 à 20h44
C'est mon premier cours de " Solfège " . Vous avez raison d'insister sur les "Généralités" et le "vocabulaire" indispensables pour éviter les temps morts dus à une incompréhension des éléments que vous voulez transmettre à vos destinataires. J'ai visionné une première fois cette vidéo . Je n'en pas pu m'empêcher de penser à la fin de ce cours que seuls les doués sont aptes à vous comprendre. Alors, curieux de nature, et habité par ce vers de Boileau::"Tout ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément j'ai changé de méthode ,intrigué par l'importance que vous donniez à ces généralités J'ai fait des captures d'écran, mais surtout j'ai commençé a rédiger cette vidéo en recopiant presque mot à mot tout ce qui y figurait
Cet éclairage nouveau m'a permis de comprendre l'importante de chaque mot énonçé, de chaque phrase prononçée Vous apportez des bases, dans cette première vidéo , qui deviennent des clés magiques .Exemples: Vous dites que la tonalité mineure doit etre comprise comme une tonalité a part entière et non comme la relative mineure d'une autre tonalité même si il y a un peu de vrai das cette affirmation. C'est clair et net Vous dites que l'accord de dominante est toujours majeure qu'il s'agisse dune gamme majeure ou mineure .
Vous prenez la chanson " au clair de la lune " , comme un exemple , très simple a comprendre, pour montrer la différence entre gamme mineure et gamme majeure , en prenant plusieurs tonalités différentes ( Do, LA, ou MI ° COMMENT VOS LECTEURS pourraient t'ils rester innacessibles à de tels exploits didactiques?J'ai bien l'intention der poursuivre cet apprentissage de l 'HARMONIE ,avant de m'acheter un synthétiseur ( un piano ,pour l'instant, c'est très beau , mais c'est encombrant ) Vous me faites penser au Laboureur de Jean de La Fontaine qui invite ses enfants a bien cultiver le"modeste"jardin qu'il veut leur laisser en héritage , ou gît un merveilleux Trésor caché. Celui de la récompense obtenue après l'effort consenti. Jack !
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 29/07/2017 à 21h41
bonjour,
merci pour votre chaleureux commentaire, qui me touche tout particulièrement!
C'est pour moi, je l'ai souvent dit, une très grande satisfaction d'apporter quelques éléments de clarification dans un domaine trop souvent opaque ou rendu inutilement compliqué.
Je vous souhaite un bon travail, et une belle évolution musicale!
Encore merci
bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Mickirie, écrit le 15/07/2017 à 16h18
Merci Monsieur Fabre pour votre pédagogie ,je joue de la guitare depuis 20ans,de la batterie depuis 7ans .je commence le piano depuis peu et jusque là les cours théoriques me faisaient peur et je me voyais incapable de comprendre..tout ce temps perdu à gratoullier.grace à vous tout a changé,depuis je vis avec une feuille et un stylo à essayer de décortiquer mes accords,c est passionnant .mille mercis
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 02/08/2017 à 11h58
Merci pour ce chaleureux message qui me touche tout particulièrement!C'est pour moi une réelle satisfaction, comme je l'ai souvent dit, mais je le redis ici, de donner une vision nouvelle de la musique, replacée sur de solides assises. Cela ne peut que favoriser le jeu et redonner du relief et de la vie aux partitions. Je dis tout cela bien sûr très modestement.
Bravo et continuez!
Je vous souhaite un bon travail et une belle évolution musicale!
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Jean-Marie 44, écrit le 18/05/2017 à 23h11
Merci pour votre pédagogie , et vos efforts pour le plus grand nombre.
Ma question est très basique :
Qu'est ce qui a ammené à donner le même nom à toutes notes dont les rapports de fréquence sont des multiples de 2 ?
Je pense que c'est un ressenti à l' oreille. Mais justement lequel ?
Par exemple, pour ce que nous appelons Do3 et Do4:
1) j' entends , ce qu' on me dit être le Do3 PUIS le Do4 : que dois je ressentir ?
( Cas mélodique..)
2) Ou : j' entends EN MÊME TEMPS ce qu' on me dit être Do3 et Do4: que dois je
ressentir? ( Cas harmonique...).
Merci beaucoup de m' éclairer.
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 21/05/2017 à 18h38
Bonjour,
votre question est un peu délicate à vrai dire.
Je me contenterais, au risque de décevoir un peu, de me cantonner à l'expérience musicale.
Cet aspect peut paraître par certains côtés peu "scientifique" et plutôt empirique. Mais ce "vécu" de musicien n'en est pas moins probant.
J'ai demandé à plusieurs groupes d'enfants, en bloquant la pédale du piano, et en faisant entendre la MÊME NOTE si je jouais la même note ou pas. Sans la moindre hésitation, ils reconnaissent et distinguent la même note et une note différente.
Par ailleurs, chanter à plusieurs une même mélodie, avec des octaves différentes entre femmes, hommes, enfants, est toujours perçu par tous comme chanter la même mélodie, et ce, sans aucun doute.
Il en va de même à l'orchestre, violons 1 ou 2, flûtes, hautbois, clarinettes, jouent bel et bien la même mélodie, les mêmes notes, à des octaves différentes.
Il y a dans la gamme majeure, ou mineure, ou même d'autres modes, sept notes différentes, mais l'octave est le retour au son initial.
Nommer l'octave par un autre nom de note entraînerait, outre l'extrême et inefficace complication qui en résulterait, une vision fondamentalement fausse des gammes et une confusion totale.
Ce sujet demanderait de très longs développements bien sûr. N'oublions pas par ailleurs que ces sujets fondamentaux font l'objet d'une réflexion depuis la Grèce ancienne avec entre autre Pythagore, et ont bien occupé la période médiévale avec la musique considérée comme un des quatre volets du Quadrivium (arithmétique, astronomie, musique, géométrie). Et à n'en pas douter, ces préoccupations ont également été celles de nombreuses cultures "non-écrites", qui, pour ne pas avoir écrit, n'en ont pas moins réfléchi.
J'espère que ces arguments ne vous semblent pas trop de simples affirmations péremptoires, du style c'est comme ça et pas autrement... Mais en tant que musicien, je conseille de ne pas trop s'arrêter sur ces aspects qui finissent par paraître parfois un peu vains, et j'encourage à rentrer dans le vif du sujet, car...il y a beaucoup à faire.
Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à ces vidéos et vous encourage à poursuivre.
Encore merci!
bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Jean-Marie 44, écrit le 18/05/2017 à 23h10
Merci pour votre pédagogie , et vos efforts pour le plus grand nombre.
Ma question est très basique :
Qu'est ce qui a ammené à donner le même nom à toutes notes dont les rapports de fréquence sont des multiples de 2 ?
Je pense que c'est un ressenti à l' oreille. Mais justement lequel ?
Par exemple, pour ce que nous appelons Do3 et Do4:
1) j' entends , ce qu' on me dit être le Do3 PUIS le Do4 : que dois je ressentir ?
( Cas mélodique..)
2) Ou : j' entends EN MÊME TEMPS ce qu' on me dit être Do3 et Do4: que dois je
ressentir? ( Cas harmonique...).
Merci beaucoup de m' éclairer.
Par Darras2, écrit le 17/05/2017 à 09h23
Cher Monsieur Fabre,
J'ai découvert le Site il y a un an lors de mes vacances d'été, ayant cherché des cours d'harmonie par internet durant quelques temps.. J'ai découvert Gradus Ad Parnassum, et mon horizon theorique s'est ouvert d'un seul coup. Ayant étudié le solfège il y a de nombreuses années, le fait de me replonger grâce à vous et votre très grande compétence et pédagogie, est une véritable cure du savoir.. Soyez mille fois remercié de votre somptueux travail. J'espere que la nomenclature des cours en ligne continuera de s'allonger... Merci encore, et bien à vous.
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 21/05/2017 à 21h55
Merci infiniment pour votre message, cela m'encourage à poursuivre!
Oui, je pense prolonger cette suite de vidéos, et c'est un plaisir pour un auditoire aussi attentif et passionné. Donc l'aventure continue, et elle se prolonge à l'écrit. Le deuxième ouvrage ne saurait tarder à voir le jour.
Un grand merci pour votre soutien!
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre

Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire