Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale

<< Retour au chapitre

Unité 3 - La réalisation de l'accord de sixte



Nous traitons dans cette unité 3 de la réalisation de l'accord de sixte. Exceptionnellement, cette vidéo ne sera pas accompagnée d'une vidéo pratique. En effet, la vidéo dure déjà près de cinquante minutes et, de plus, l'unité 4 traitera également de l'accord de sixte et sera accompagnée d'une vidéo pratique.

11 commentaire(s)

Par pierrerfy, écrit le 13/01/2018 à 11h26
Merci encore pour ces videos très pédagogiques et qui permettent de progresser aisément.
Vous faites allusion au saut de quarte avec la mélodie qui descends cette quarte, cela m'évoquait quelque chose et en effet...
https://www.youtube.com/watch?v=d5u3MdE4FBA#t=04m56s
Merci encore de ces explications qui stimulent la mémoire de l'amateur de musique classique.
Par Guillaume, écrit le 15/02/2017 à 22h36
Bonjour et merci infiniment d'avoir mis en ligne ces cours.
Je ne comprends plus pourquoi dans vos exemples, lorsque vous introduisez la 7è de dominante, le mouvement fa-mi est décrit comme un mouvement obligé.
Guillaume
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 16/02/2017 à 10h03
Bonjour,
l'accord de septième de dominante possède deux notes nommées "notes à mouvement obligé": la tierce, qui est la sensible, qui se dirige vers la tonique (si-do), et la septième, qui se dirige vers la médiante (fa-mi). Ce sont les deux notes indiquées par le chiffrage: + pour la sensible, et 7 bien sûr pour la septième.
Elles effectuent les deux mouvements de demi-ton, si do et fa mi.
C'est un élément essentiel de l'écriture, l'accomplissement des mouvements obligés.
Il existe des cas où ces résolutions ne se font pas, elles se situent alors dans le cadre de la "résolution exceptionnelle" de l'accord de septième de dominante, par opposition à la "résolution naturelle".
Je vous remercie de votre intérêt pour les vidéos et vous souhaite bon travail!
bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par apprenti sorcier, écrit le 09/05/2016 à 19h55

bonjour,
si je compare les enchaînements V/5,I/6 d'une part et V/6,I/5 d'autre part c'est assez semblable en ce sens qu'il y a échange des voix:le mouvement au soprano se retrouve à la basse, l'immobilité à l'alto se retrouve au ténor ,, l'abaissement ré do au ténor passe à l'alto et le mouvement à la basse passe au soprano
belle organisation
merci encore pour ces videos, à la seconde lecture après maturation on porte un regard plus approfondi
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 09/05/2016 à 21h28
Oui, c'est exactement ce qu'il faut faire. Revenir sur les éléments et les percevoir à chaque fois avec plus d'acuité. Ils deviennent alors très familiers. il faut encore beaucoup les utiliser et les transposer, et la maîtrise s'acquiert peu à peu.
Bon travail!
cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Balbino, écrit le 11/04/2016 à 19h28
Merci beaucoup!
Vos cours sont au plus haut niveau.
Par Benoit, écrit le 21/11/2015 à 18h15
Un grand merci pour vos cours que je suis avec grand intérêt.
au niveau des échanges entre accords de sixte et accords fondamentaux, vous dites : "quand j'ai une tierce descendante j'ai très souvent une seconde ascendante...(et inversement)" Cette remarque concerne uniquement les voix ténor-basse?
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 21/11/2015 à 19h02
Bonjour, merci de votre intérêt pour les cours!
Tout d'abord, il convient de réaffirmer ici que ces enchaînements sont V-I et IV-I et inversement. Donc si chiffré 6 à la basse, puis do, et la chiffré 6 puis do, et inversement.
Cette remarque concerne en premier lieu les voix basse-soprano plutôt. On a les deux écritures suivantes:
a) de bas en haut (b t a s): si sol ré sol, s'enchaîne à do sol do mi, seconde ascendante à la basse, tierce descendante au soprano.
b) la fa do fa, enchaîné à do sol do mi, tierce ascendante à la basse, seconde descendante au soprano.
Il est bon d'avoir ces mouvements mélodiques au soprano auquel on confie plus volontiers le rôle chantant.
Cependant, dans l'accord de sol, on a bien deux sol, un au ténor et l'autre au soprano. On peut donc confier le saut de tierce descendante au ténor, et faire répéter le sol au soprano. Les rôles sont échangés, ce que faisait le soprano, c'est le ténor qui le fait et inversement. dans certains cas, on est amenés à ce choix, moins chantant peut-être que le premier.
De la même manière, dans l'accord de fa, on a deux fa. On peut donc confier au ténor la seconde descendante et faire monter le fa du soprano au sol.
J'espère vous avoir éclairé. Tous ces aspects sont importants à prendre en compte dans l'écriture musicale.
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par benoit, écrit le 22/11/2015 à 15h12
bonjour,
merci beaucoup pour cette explication très claire à une question un peu confuse.
cordialement.
Par soleil62, écrit le 21/11/2014 à 12h43
Bonjour,
Je suis déroutée par votre remarque, est-elle incomplète? Vous parlez du dernier exemple dans la cadence parfaite, où les 2 accords sont renversés. Vous dites qu'il ne vous intéresse pas aujourd'hui (ce que je comprends puisqu'il a l'air un peu spécial) mais vous ajoutez que le si (sensible) est à mouvement obligé donc "obligé" d'aller à do, mais que là il se hausse à la médiante. Est-ce une exception? Est-ce pour un effet particuliers? Merci de vos éclaircicements,
Chaleureusement,
Anne
Par Jean-Louis Fabre (gradusadparnassum.contact@gmail.com), écrit le 21/11/2014 à 22h27
Bonjour,
on peut trouver une basse "chantante" et parfois répétitive (chez Haendel par exemple), où cette basse chante le motif do si mi ré do si mi ré do si etc ...ou le contraire do ré mi si do ré mi si do etc....dans ce cas on à l'enchaînement si mi , ou mi si, les deux basses chiffrées 6 . En effet , dans ce cas , le premier, le si ne monte pas sur le do mais se hausse à la médiante mi, ce motif, forme mélodique extrêmement simple, le compositeur ne va pas y renoncer, et donc la règle du mouvement obligé de la sensible est ici négligée, et à juste titre.
Ai-je répondu à votre question ?
bien cordialement
Jean-Louis Fabre

Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire