Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale

<< Retour au chapitre

Unité 11 - La septième diminuée



L'unité 11 porte sur l'accord de septième de sensible ou de septième diminuée. Le cours porte successivement sur l'observation de cet accord ainsi que sur ses différents états et chiffrages.

12 commentaire(s)

Par Leloup, écrit le 11/05/2017 à 01h59
Bonjour m. Fabre
Je ne suis plus certaine d'avoir les bons chiffrages. Je me permets de vous lister mes chiffrages afin que vous me disiez si je suis dans l'champs.
Accord de 7e M et 7e m: je chiffre 7 - 6 / 5 - 4 / 3 et 2
Accord de 7e de dominante:
En sol M: je chiffre 7+ - 6 5 barre - +6 - +4 le fa# est à la clé donc on ne chiffre pas.
En mi m: si re# fa# la : 7+
1er renv 6 5 barre - 2e renv +6# - 3e renv +4# (le # réfère à la sensible re# qui n'est pas à la clé)
Accord 7e m et quinte dim :
En sol M (degré VII) 7 5 barre (5 barre c'est fa# do: facultatif je crois)
1er renv 6 5 - 2e renv 4 3 - 3e renv 2
En mi m (degré II) : meme chiffrage qu'en sol M
Accord 7e diminuée:
En mi m (degré VII): re# fa# la do: 7barre 5barre # (Le # réfère à Re# la, la quinte sur sensible qu'on veut voir ds chiffrage)
1er renv +6# 5barre - 2e renv +4# 3 et 3e renv +2#
(Le # réfère a la sensible re# qui n'est pas à la clé)

Je vous remercie si vous pouvez me dire si leloup est dans la brume.

Merci mille fois d'être la.



Par Jean-Louis Fabre, écrit le 22/05/2017 à 09h55
Bonjour
j'apporterais volontiers une petite précision: le signe + indique la sensible, et donc le # accidentel de la sensible en mineur ou lors d'une modulation est déjà noté par le +. Noter à la fois + et # est inutile, c'est deux fois la même chose. D'ailleurs le chiffrage 7+ est parfois remplacé par un chiffrage 7#.
Vous notez en mineur +6# et +4#, il suffit de noter +6, et +4. De la même manière pour le dernier renversement de la septième diminuée +2 suffit, +2# est inutile.
Par ailleurs en mi mineur, l'accord de septième diminuée ré# fa# la do se chiffre simplement 7 barré. Le 5 barré est sous-entendu. Certes Bach notait les deux...
Par contre le # est non seulement inutile mais erroné dans le chiffrage de la septième diminuée en mi mineur, à l'état fondamental. Vous chiffrez 7 barré, 5 barré et # pour la basse. Or une basse n'est JAMAIS indiquée dans le chiffrage. Ce sont les intervalles, les notes à partir de la basse qui sont chiffrées, jamais la basse elle-même.
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Balbino, écrit le 06/04/2016 à 05h47
Bonne nuit, M. Fabre.
Dans la foulée + 2 ne devrait pas avoir aussi le + 4 (laboratoire re) ?
6 + 4 + 2 (15 ' 54 '')
Et le + 6 (naturel 5) ne serait pas b5 (ré #) ?
+ b5 6 (26 ' 58 '')
Merci beaucoup.
Par apprenti sorcier, écrit le 21/11/2015 à 13h56
bonjour ,vous énoncez que l'accord de septième diminuée n'appartient qu'à une tonalité mais les mêmes notes ou plutôt les mêmes sons (à l'octave près) par permutation permettent d'entrer dans 8 tonalités M ou m
êtes vous d'accord?

merci encore pour tout votre effort pour diffuser cette merveilleuse culture musicale
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 21/11/2015 à 17h25
Bonjour,
1-oui, un accord de septième diminuée n'appartient qu'à une seule tonalité, et cette tonalité est mineure. On ne trouve aucun accord de septième diminuée dans une tonalité majeure. Par exemple, l'accord fa# la do mib appartient uniquement à la tonalité de sol mineur, c'est-à-dire que les 4 notes de cet accord ne se trouvent QUE en sol mineur
2- Cependant, si l'on écrit différemment cet accord, on trouve 3 autres possibilités:
a) fa# la do mib, sol mineur
b) solb la do mib, sib mineur
c) fa# la si# ré#, do# mineur
d) fa# la do ré#, mi mineur
3- Il n'y a certes que quatre tonalités, mais cet accord existe dans un contexte majeur, où il constitue un emprunt au mode mineur. On peut en effet trouver l'accord fa# la do mib, dans un texte en sol majeur, le mib est un emprunt au mineur. J'en donne par ailleurs un exemple avec le nocturne de Chopin en mib majeur, opus 9 no2, la deuxième harmonie est ré fa lab et dob, sur pédale de tonique, le dob est un emprunt à la tonalité de mib mineur, le VIème degré en mib majeur est do et non dob.
J'espère qu'il ne subsiste aucune ambiguité. Mais vous avez raison, si l'on joue cet accord sans nommer les notes, il pourrait en effet appartenir à 8 tonalités, les 4 mineures, et les 4 majeures où on trouve l'emprunt au mineur.
Encore merci
bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par sylvie, écrit le 25/10/2015 à 16h21
Bonjour Monsieur,

J’ai écouté attentivement vos cours sur le chiffrage des accords ainsi que votre cours hors-série sur le mineur.

Dans cette vidéo, vous écartez le cas de l’accord de 7ème du VII degré (Si,Ré, Fa, La) en mode Majeur de la gamme).
Et je m’aperçois que a-priori je ne saurais pas le classer donc je ne saurais pas quel chiffrage lui donner.

Dans votre cours HS consacré au mineur, vous présentez la table des chiffrages des accords à trois notes.
L’accord du VII degré (Si, Ré, Fa) serait noté logiquement 5-barré puisqu’il y a une quinte diminuée entre le Si et le Fa.
Si on rajoute le La, on rajoute une septième mineure.
Je ne peux pas classer l’accord (Si,Ré,Fa,La) dans :
- la catégorie 7eme d’espèce puisque la quinte est diminuée,
- la catégorie des accords de dominante qui ont bien une septième mineur, mais ils ont une quinte juste.
- Il n’est pas non-plus un accord de 7ieme diminuée puisque sa septième est mineure.
Donc si je me réfère au tableau de l’ensemble des chiffrages de tous les accords présentés jusqu’à aujourd’hui, il pourrait être noté
7-non-barré et 5-barré ?
Est-ce juste ?

Je m’excuse si j’ai raté quelque-chose dans le cours qui aurait répondu à ma question.
Je vous remercie de votre réponse et bien cordialement.
Sylvie

PS : Je n’ai pas encore vu les cours au delà de l’unité 11 et du mode mineur. J’attends de terminer la première série de cours (jusqu’à l’unité 12) pour passer aux TD qui ont peut être parlé de ce cas là.


Par Jean-Louis Fabre, écrit le 26/10/2015 à 11h07
Bonjour Madame,
merci de poser ces questions qui me permettent d'apporter des précisions et de clarifier certains aspects.
Tout d'abord, l'accord de quinte diminuée et septième mineure est certes un accord de sensible en majeur, mais il est aussi un accord de septième du IIème degré en mineur (et d'ailleurs dans la tonalité relative mineure de la tonalité où il est accord de sensible). En effet, l'accord si ré fa la est bien l'accord de septième de sensible en Do majeur, mais aussi accord de septième du IIème degré en la mineur.
Par ailleurs, désolé si mon cours a laissé passer une ambiguïté, mais la quinte diminuée dans un accord de septième n'exclut pas qu'il fasse partie de la catégorie des septièmes d'espèces. Je présente en général les accords de septième du plus "grand" au plus "petit", à savoir:
A- 3ce majeure- 5te juste- 7ème majeure: mi sol# si ré#
B- 3ce majeure- 5te juste- 7ème mineure: mi sol# si ré bécarre; accord de septième de dominante, on est en La ou la.
C- 3ce mineure- 5te juste- 7ème mineure: mi sol bécarre si ré
Voilà pour les trois accords à quinte juste.
Puis , après avoir "minorisé" la 7ème, puis la tierce, c'est au tour de la quinte de subir un abaissement. On a alors l'accord:
D- 3ce mineure- quinte diminuée- 7ème mineure: mi sol sib ré. Il s'agit de l'accord de septième de sensible de Fa majeur ou de septième du IIème degré en ré mineur. Cet accord peut se chiffrer en effet 7 et 5 barré.
Cependant, si les altérations sont à la clé, par exemple 3 bémols en do mineur, l'accord de septième du IIème degré, ré fa lab do, se chiffre simplement 7, comme toute septième d'espèce, le lab étant à la clé.
L'appellation des accords de septième d'espèce est: accord de septième majeure, accord de septième mineure, et ici accord de septième mineure et quinte diminuée. En tant qu'accord de septième du IIème degré en mineur, il est extrêmement courant, et j'y ai consacré une unité du 2ème chapitre et un complément en vidéo "hors série".
J'espère avoir répondu à votre question et levé les ambiguïtés.
Encore merci de votre attention
Jean-Louis Fabre
Par apprenti sorcier, écrit le 10/04/2015 à 20h05
avec la 7ième diminuée sol dièse, si, ré,fa pour le premier renversement on va bien chiffrer 5 barré et non bémol 5?
merci
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 10/04/2015 à 21h05
Pour le premier renversement de la septième diminuée, on peut très bien chiffrer +6 5 barré, mais j'ai une petite préférence pour le bémol 5 ou bécarre 5. J'établis une différence entre la quinte diminuée de sensible (sol# ré en la mineur, que je note 5 barré) et la quinte diminuée du IIème degré de la tonalité mineure (si fa en la mineur, par opposition à si fa# de la tonalité de la majeur), soulignant son aspect modal, ici bécarre 5.
Mais l'écriture 5 barré est tout à fait correcte. Si on adopte le bémol 5, il faut évidemment noter ici bécarre 5, le bécarre ayant ici valeur de bémol.
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par misterbird, écrit le 18/12/2014 à 11h06
et cependant, dans la musique de jazz, on est très pragmatique et l'on écrit au "plus simple" les accords diminués, car le but est de trouver vite l'accord, et non pas de savoir d'où il vient...

pourquoi chiffrer 5 barré dans un cas, puis 5b ensuite ?
Par Jean-Louis Fabre (gradusadparnassum.contact@gmail.com), écrit le 18/12/2014 à 14h08
Bonjour,
merci de votre intérêt pour les vidéos.
pas de problème pour une autre notation qui certainement est plus adaptée à son usage!
En écriture cependant la rigueur est de mise (attention, je n'ai pas dit que la rigueur n'était pas de mise ailleurs ...), mais la précision est très importante me semble-t-il, le but n'étant pas de "trouver vite l'accord".
Pour le 5 barré et b5, même dans le chiffrage classique on les emploie indifféremment bien souvent et ça ne pose aucun problème , cela veut bien dire la même chose.
Cependant 5 barré signifie toujours quinte diminuée, comme la quinte placée sur la sensible des deux modes, majeur et mineur. Tandi que b5 signifie simplement que la quinte est bémol et pas forcément diminuée, comme c'est le cas en général , vous avez raison. En ut majeur par exemple , rien à la clé, si on trouve un accord de mib majeur, on notera b5 pour indiquer le sib qui n'est pas à la clé.
Mais dans le cas de l 'accord de premier renversement de l'accord de 7eme diminuée, accord +6 b5, je note plutôt b5. Mais on peut écrire +6 5 barré.
Personnellement, je fais la différence entre la quinte dimunée placée sur la sensible des deux modes et la quinte diminuée placée sur le deuxième degré de la gamme mineure. La première est commune aux deux modes la deuxième caractéristique du mode mineur; le fa est fa dans les deux cas , le la est la ou ...lab. Mais je n'en fais pas un sujet de polémique on peut très bien chiffrer 5 barré dans les deux cas.
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par misterbird, écrit le 18/12/2014 à 23h42
Merci Jean-Louis
Je comprends mieux la distinction, et votre rigueur m'intéresse au plus haut point, baignant dans un univers (le jazz) dans lequel le pragmatisme est la règle (l'accord diminué? pour un jazzman, il sert à approcher d'importe quel autre accord situé un demi-ton au dessus ou en dessous, ou est considéré comme un V b9 sans fondamentale-ce qui peut revenir au même dans le cas ou l'accord d'arrivée est un demi-ton au dessus-Si diminué = Sol 7 9b, point final. A noter que "chez nous", la 6b peut résoudre en majeur (V7 b9 - I 7M).
Même la cadence reine (II V I) peut être empruntée au mineur (II m7 b5 - V 7b9) pour créer l'effet de surprise dans sa résolution majeure. Mais je pense que vous savez déjà tout cela.

Cette différence d'approche entre ces deux façon d'analyser est vraiment passionnante pour moi, je sais que l'analyse et le chiffrage classique sont vraiment plus précis, et j'aimerais les appliquer au jazz, et je dois dire que vos vidéos, comparées à l'aridité des traité d'harmonie (mis à part celui de Tchaikovsky, très clair pour moi), sont un trésor.

Merci également du temps passé à répondre dans le détail à mes interrogations, c'est remarquable, je pense donc continuer à abuser de votre savoir.

Très cordialement

Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire